Your browser does not support JavaScript!

Des taux toujours plus bas!

des taux toujours plus bas

Mais où s’arrêtera la chute ? Pour le plus grand bonheur des emprunteurs, le taux moyen des crédits immobiliers a encore reculé de quelques points de base et s’est établi à 1,21% à la mi-juillet (1,25% en juin, 1,29% en mai), soit un niveau 4,5 fois inférieur à celui du début des années 2000 et… 11 fois moins élevé qu’à la fin des années 80 ! Revers de la médaille, les durées des crédits s’allongent encore et toujours.

Inédit depuis… la Libération

« Les taux des crédits immobiliers sont descendus au niveau le plus bas jamais constaté jusqu'alors, en deçà du plancher de l'automne 2016 (1,33 % en novembre), constate, non sans étonnement, l’observatoire du Crédit logement. En outre, ils sont inférieurs au rythme de l'inflation depuis le mois de juin 2018. Une telle situation reste inédite depuis la Libération ». Le taux moyen s’établit désormais à 0,99% sur 15 ans, 1,17% sur 20 ans et 1,39% seulement sur 25 ans !

Il n’est plus rare d’obtenir moins de 1% même sur les longues durées. D’ailleurs, « la moitié des ménages qui empruntent sur 15 ans ont bénéficié de prêts inférieurs à 1 % », constate le Crédit logement. Ceux qui présentent un bon dossier (emploi stable, apport…) peuvent obtenir bien moins

19,25 ans en moyenne

Ces taux au plancher, conjugués à la hausse des prix de l’immobilier, poussent les Français à emprunter plus… et donc plus longtemps (ce qui augmente le coût total du crédit). En juin, la durée moyenne d’emprunt s’établit à 231 mois (19,25 ans), 70 de plus qu’au premier trimestre 2001 (161 mois) ! En à peine deux ans, depuis l’automne 2017, les emprunteurs ont rallongé la durée moyenne de 15 mois. « Jamais les durées des prêts bancaires classiques n’avaient été aussi élevées », relate l’observatoire.

Si les établissements bancaires ont « largement allégé leurs exigences en matière d'apport personnel » - le niveau de l’apport diminue rapidement (-8% au 1er semestre 2019, sur un an) -, ce qui a permis de relancer le nombre de prêts accordés, ce n’est pas sans conséquence sur la solvabilité des emprunteurs qui se dégrade chaque mois un peu plus.

Le coût total du crédit est, en effet, largement à la hausse… Il représente aujourd’hui 4,35 années de revenus en moyenne (+3,5% rien qu’au premier semestre 2019), contre 2,9 ans début 2001. Sur ce point-là encore, l’année 2019 bat tous les records.

Investir Les Echos - Juillet 2019